It looks like you are using an older version of Internet Explorer which is not supported. We advise that you update your browser to the latest version of Microsoft Edge, or consider using other browsers such as Chrome, Firefox or Safari.

Accueil> Informations relatives à la sécurité d'utilisation > Présentation

CONTEXTE

Après que la FDA ait autorisé en octobre 2019 l’utilisation de Beovu pour traiter la DMLA exsudative, Novartis a reçu des signalements de vascularite, notamment de vascularite rétinienne occlusive. En outre, en février et mars 2020, l’ASRS (American Society of Retinal Specialists [Société américaine des spécialistes de la rétine]) a communiqué des mises à jour à ses membres en ce qui concerne des signalements de cas post-commercialisation. De plus amples informations sont disponibles ici.

Novartis a entrepris son propre examen interne de ces signalements de cas de sécurité post-commercialisation, et a notamment établi un Comité d’examen de la tolérance (CET) externe afin de présenter une analyse objective et indépendante de ces cas et une comparaison avec les événements observés dans les études de phase III évaluant le brolucizumab chez des patients atteints de DMLA exsudative (HAWK et HARRIER).  En utilisant la terminologie définie par le CET, l’examen des événements post-commercialisation réalisé par Novartis a conclu qu’il existe un signal de tolérance confirmé d’événements indésirables appelés « vascularite rétinienne » (VR) et/ou « Vascularite Oclusive Rétinienne » (VOR) pouvant entraîner une perte sévère de la vision. Généralement, ces événements sont survenus en présence d’une inflammation intra-oculaire (IIO).

Le CET a également réalisé un examen en ouvert d’un sous-ensemble de données d’imagerie issues des études HAWK et HARRIER, et a indiqué que certains de ces événements indésirables avaient été observés dans les études. Le CET a déterminé que ces événements étaient survenus sur un spectre allant de l’IIO à la vascularite, en passant par des événements occlusifs, ayant parfois entraîné une perte de la vision.  Les résultats de l’analyse du CET sur les études HAWK et HARRIER ont été publiés dans la revue Ophthalmology.

Plusieurs autorités de santé, dont la FDA et l’EMA, ont autorisé les mises à jour du RCP pour une utilisation dans le traitement de patients atteints de DMLA exsudative, afin d’y inclure une caractérisation des événements indésirables, la VR et l’OVR, dans le cadre du spectre de l’IIO. 

Conclusions de l’étude mécanistique BASICHR0049

Novartis souhaite vous communiquer les informations suivantes :

  • Les résultats de l’étude mécanistique d’analyse des échantillons de sang de patients atteints de DMLA exsudative traités par Beovu et ayant développé une vascularite rétinienne (VR) et/ou une occlusion veineuse rétinienne (OVR), tout en tenant compte des données cumulées sur l’association entre immunogénicité apparue sous traitement et inflammation intra-oculaire (IIO), montrent un lien de causalité entre la réaction immunitaire apparue sous Beovu et « les cas de VR et/ou OVR liés à l’administration de Beovu, généralement en présence d’une IIO ».
  • À la lumière de ces résultats, les médecins doivent arrêter le traitement par Beovu pour les patients chez qui des événements de VR et/ou d’OVR surviennent.

Nous présenterons plus d’informations concernant l’étude BASICHR0049 à l’occasion d’une prochaine conférence. Nous communiquons ces informations aux autorités de santé et nous disuterons des mises à jour des informations posologiques de Beovu, en accord avec les autorités de santé concernées.

Beovu continue à représenter une option thérapeutique importante pour les patients atteints de DMLA exsudative, avec un profil bénéfice/risque global favorable.

    divider

    Résultats issus d’une analyse de données de vie réelle

    Les résultats d’une analyse rétrospective de données de vie réelle sur des patients atteints de DMLA exsudative suggèrent que les yeux des patients présentant une IIO et/ou une occlusion au cours des 12 mois précédant la première injection de brolucizumab étaient les plus susceptibles parmi les yeux des patients (taux de risque observé le plus élevé) de subir un événement d’IIO et/ou d’occlusion dans les 6 mois suivant le premier traitement par brolucizumab [Zarbin et al. Profiles and Early Outcomes of Patients Who Initiated Brolucizumab for Neovascular (Wet) Age-related Macular Degeneration (AMD) in the IRIS® Registry and Komodo Database. PO395. AAO 2020; Ip et al. The Brolucizumab Experience Thus Far: A Health Economics and Outcomes Research Analysis. AAO 2020]. Limites de l’étude : les taux observés l’ont été d’après les codes ICD, les fiches des patients n’étaient pas consultables, la période de suivi était de 6 mois avec la plupart des patients recevant seulement une ou deux injections oculaires et le chevauchement éventuel entre les bases de données IRIS® et Komodo n’est pas connu. Compte tenu de ces limites, les observations issues de cette analyse devront être validées par des études.